Skip to main content
Greece sadness George Panagakis/ZumaPress

Dernière chance pour Athènes et Bruxelles

NEW YORK – Si le désastre grec mobilise l’attention du monde entier, c’est principalement pour deux raisons. Premièrement parce qu’il est extrêmement troublant d’assister à l’effondrement de toute une économie, au retour de la soupe populaire, ainsi qu’à de files d’attente aux guichets bancaires jamais observées depuis la Grande Dépression. Et deuxièmement parce que nous sommes les témoins effrayés de l’incapacité d’innombrables dirigeants et institutions – responsables nationaux, Commission européenne, Fonds monétaire international, et Banque centrale européenne – à empêcher ce déraillement qui s’opère au ralenti depuis maintenant plusieurs années.

Si cette défaillance de gestion persiste, non seulement l’unité grecque mais également la cohésion de l’Europe pourraient s’en trouver être mortellement touchées. Afin de secourir la Grèce et l’Europe, il est nécessaire que le nouveau programme de sauvetage fasse intervenir deux aspects majeurs, qui demeurent à ce jour l’objet de désaccords.

Premièrement, il est crucial que les banques grecques puissent rouvrir leurs portes au plus vite. La décision prise par la BCE la semaine dernière, consistant à suspendre les crédits au système bancaire du pays, et par conséquent à fermer les banques, s’avère à la fois inappropriée et désastreuse. Imposée par un comité exécutif de la BCE hautement politisé, cette décision sera sans doute étudiée – et déplorée – par les historiens des années à venir. En prononçant la fermeture des banques grecques, la BCE a en effet verrouillé toute l’économie du pays (aucune économie réduite au minimum vital n’étant en mesure de survivre sans un système des paiements). Il est nécessaire que la BCE inverse immédiatement cette décision, sans quoi il deviendra rapidement impossible de sauver les banques elles-mêmes.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/qEhvGs3/fr;
  1. op_anheier8_MichaelOrsoGettyImages_Atlasstatueinnewyork Michael Orso/Getty Images

    Philanthropy vs. Democracy

    Helmut K. Anheier

    For philanthropic institutions, the fundamental question of accountability first raised by the emergence of liberal democracy will not go away. To what extent should modern societies permit independent private agendas in the public realm and allow their advocates to pursue objectives that are not shared by governments and popular majorities?

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.