Tsipras and Varoufakis George Panagakis/ZumaPress

La fin de la partie grecque

PARIS – Après des mois de querelles, l'épreuve de force entre la Grèce et ses créanciers européens se résume aujourd’hui à une impasse sur les pensions et les impôts. La Grèce refuse d'acquiescer à la demande de ses créanciers de réduire les paiements aux personnes âgées et d’augmenter la taxe sur la valeur ajoutée pour les médicaments et l'électricité.

Les exigences de l'Europe – qui visent ostensiblement à assurer que la Grèce puisse assumer le service de sa dette extérieure – sont une réaction irritée, naïve et fondamentalement auto-destructrice. En les rejetant, les Grecs ne jouent pas ; ils essaient simplement de rester en vie.

Quoi que l'on puisse dire à propos des politiques économiques passées de la Grèce, de son économie non compétitive, de sa décision de rejoindre la zone euro, ou des erreurs que les banques européennes ont fait en prêtant de manière excessive à son gouvernement, la situation économique du pays est saisissante. Le taux de chômage se situe à 25%. Le chômage des jeunes est de 50%.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EGnYiZ2/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.