La cacophonie du monde

PARIS – Dans son ouvrage phare intitulé Diplomatie, Henry Kissinger décrit, de manière peut-être un peu trop idyllique, le système international d’équilibre des pouvoirs qui, à la suite du Congrès de Vienne en 1814-1815, aboutit à ce que l’on appela le « Concert européen. » Comme l’explique Kissinger, il régnait au lendemain des guerres napoléoniennes « non seulement un équilibre physique, mais également un équilibre moral. Pouvoir et justice étaient en parfaite harmonie. » Un concert qui prit certes fin dans la cacophonie, avec l’explosion de la Première Guerre mondiale à l’été 1914.

Aujourd’hui, après avoir connu la brutalité de la première moitié du XXe siècle, la Guerre froide et son contexte de bipolarité, ainsi qu’une brève période d’hyperpuissance des États-Unis après 1989, le monde est de nouveau en quête d’un nouvel ordre international. Peut-on espérer voire ce concert des nations européennes qui exista autrefois s’étendre au monde entier ?

Il semble malheureusement plus probable que nous connaissions une véritable cacophonie internationale. Ceci s’explique par une raison évidente, qui n’est autre que l’absence d’un arbitre mondial reconnu et soutenu. Les États-Unis, qui incarnent le mieux le pouvoir ultime, sont de moins en moins désireux – et de moins en moins capables – de jouer ce rôle. Quant aux Nations Unies, symbole absolu des principes de l’ordre mondial, elles sont aujourd’hui plus divisées et plus impuissantes que jamais.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/3PtHOH4/fr;