0

La Récréation des enfants

Le mot à la mode dans les milieux éducatifs, de la maternelle à l’école primaire, dans de nombreux pays, ces vingt dernières années est « responsabilité ». Ses défenseurs suggèrent, légitimement, je pense, que les maigres fonds publics doivent être investis dans des programmes qui « marchent ».

Chez les enfants, les occasions de profiter de temps libres pour interagir avec leurs pairs sont maintenant éliminées ou réduites, particulièrement durant les récréations : c’est cependant un des effets les moins remarqués de ce mouvement pour une plus grande responsabilisation dans de nombreux systèmes scolaires aux États-Unis, au Canada et en Grande-Bretagne.

Les hommes politiques et les directeurs d’école conçoivent la « responsabilisation » comme un moyen de prouver qu’ils sont « sérieux dans le domaine de l’éducation » et s’efforcent d’améliorer les résultats scolaires. En fait, il semble de bon sens que la réduction des temps de récréation ait un effet positif sur la réussite scolaire : une position que soutient les responsables éducatifs tels que Benjamin Canada, ancien responsable scolaire d’Atlanta en Géorgie. Il n’existe pourtant aucune donnée ou preuve empirique ou théorique pour soutenir cela.

Au contraire, alors que de nombreux éducateurs reconnaissent l’importance centrale de l’enseignement des compétences et l’utilisation efficace et maximale du temps d’enseignement, ils se font également défenseurs des récréations entre périodes de travail intense pour permettre aux enfants de se détendre et d’interagir avec leurs pairs. Ils espèrent également que les enfants retrouvent alors leur salle de classe, après les récréations, pour travailler avec un intérêt renouvelé.