Nous n'avons pas de planète de rechange !

DUBAI – Les conséquences du tremblement de terre au Japon – notamment la crise nucléaire – sont un rappel inquiétant de la crise financière américaine qui a déclenché la Grande Récession. Ces deux catastrophes illustrent l'incapacité des marchés et des sociétés humaines à gérer les risques.

Il est vrai que l'on ne peut mettre sur le même plan le tremblement de terre qui a fait plus de 25000 morts ou disparus et la crise financière à laquelle on ne peut attribuer des souffrances humaines d'un tel niveau. Mais cette dernière a de traits communs avec l'accident nucléaire de Fukushima.

Tant les experts nucléaires que les experts financiers nous assuraient que la technologie moderne avait pratiquement supprimé tout risque de catastrophe. Ils ont été démentis par les faits : non seulement les risques existaient, mais l'énormité de leurs conséquences a annulé les avantages supposés des systèmes dont ils se faisaient les hérauts.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/YS7OD2G/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.