f5e7df0346f86f380e52fc1b_jk5.jpg Jon Krause

La liberté d'expression, Mahomet et l'Holocauste

La condamnation de David Irving pour négationnisme en Autriche ne pouvait pas tomber à un plus mauvais moment. Prononcée après la mort d'au moins 30 personnes en Syrie, au Liban, en Afghanistan, en Libye, au Nigeria et dans d'autres pays musulmans lors de manifestations contre les caricatures du prophète Mahomet, cette condamnation anéantit la proclamation que la liberté d'expression est un droit fondamental dans les pays démocratiques.

Il est incohérent de prétendre que les dessinateurs ont le droit de se moquer des personnages religieux tout en affirmant que la négation de l'Holocauste relève de la Justice. Je pense que nous devons défendre la liberté d'expression, ce qui signifie que David Irving doit être libéré.

Avant d'être accusé de ne pas comprendre la sensibilité des victimes de l'Holocauste ou la nature de l'antisémitisme en Autriche, je tiens à préciser que je suis fils de juifs autrichiens. Mes parents ont fui l'Autriche à temps, mais pas mes grands-parents. Mes quatre grands-parents ont été déportés dans les ghettos de Pologne et de Tchécoslovaquie. Deux d'entre eux ont été déportés à Lodz en Pologne, avant d'être probablement assassinés avec du monoxyde de carbone au camp d'extermination de Chelmo. Un autre est tombé malade et a succombé dans le ghetto surpeuplé de Theresienstadt où les gens étaient affamés. Seule ma grand-mère maternelle a survécu.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/crkOAXhfr