La France, l'Italie et l'Angleterre face à l'élargissement de l'UE

Jusqu'à présent, les Français, les Italiens et les Anglais ont adopté des positions très différentes les uns des autres vis à vis de l'Union européenne, mais leur attitude était prévisible.

Les Italiens se sont montrés chauds partisans du processus d'intégration, au point d'en redemander. Les Français, avantagés par leur position centrale au sein de l'UE, ont choisi de s'accrocher à leurs privilèges, en commençant par les bénéfices qu'ils tirent de la PAC (Politique Agricole Commune). Et les Anglais, comme il est de coutume, membres réticents de l'UE, n'ont guère proposé d'alternative. Mais aujourd'hui ces stéréotypes ne fonctionnent plus.

Avec l'arrivée au pouvoir de la coalition de droite du gouvernement de Berlusconi, l'Italie a perdu son enthousiasme pro-européen, ce qui a conduit à la démission de Renato Ruggiero, le ministre des Affaires étrangères. En France, deux membres connus du parti socialiste on récemment émis des propositions visant à repositionner la France vis à vis de l'UE, notamment en ce qui concerne la politique agricole. En Angleterre, le gouvernement est sur le point de proposer la création d'un Conseil de sécurité européen analogue à celui de l'ONU, qui aurait préséance sur les institutions de Bruxelles et qui serait dirigé par l'Angleterre, la France et l'Allemagne (ce qui n'est pas une surprise).

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/HCHjGxV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.