0

Quelques réflexions à propos de la Corée du Nord

DENVER – N’importe quel Coréen d’un certain âge vous parlera de la saison de l’orge qui débute en février et se prolonge jusqu’aux mois frileux du début du printemps et aux toutes premières récoltes de l’orge d’hiver. Peu de Sud-Coréens se souviennent encore de ces mois difficiles, mais pour les Nord-Coréens, la faim dans les campagnes durant cette période de l’année est une réalité.

La Corée du Sud a constitué ces dernières années la principale source externe de nourriture, soit par une assistance alimentaire directe (pour les problèmes immédiats) soit par la livraison de fertilisants. Mais cette année, compte tenu du regain d’agacement et de colère des Sud-Coréens vis à vis du régime nordiste, la nourriture et les fertilisants sont incertains. Et certains analystes à Séoul estiment qu’une succession politique risquée à Pyongyang, associée à la pénurie alimentaire dans les campagnes, pourrait s’avérer trop difficile à gérer pour le régime nord-coréen.

L’année écoulée a été le témoin de la plus scandaleuse attitude nord-coréenne depuis des décennies. En mars 2010, un sous-marin nord-coréen torpillait un navire sud-coréen en haute mer, entrainant la mort de 46 marins – et sabordant toute perspective d’une reprise rapide des négociations pour appliquer l’engagement pris par la Corée du Nord en 2005 de mettre un terme à l’ensemble de ses programmes nucléaires. Les invectives et les provocations de la Corée du Nord contre le Sud ont continué, et en novembre, son armée bombardait une île sud-coréenne située proche de la frontière entre les deux pays, une frontière établie par l’armistice de 1953.

Plus récemment, le régime nord-coréen a fièrement dévoilé une usine d’enrichissement d’uranium ultramoderne. D’après le scientifique américain invité à la visiter, cette installation, contrastant avec la technologie du plutonium vieillissante du régime, a semblé tout à fait à la pointe de la technologie, laissant peu de doutes quant aux intentions de la Corée du Nord de ne pas honorer ses responsabilités en matière de désarmement nucléaire. A la question de savoir pourquoi ils n’avaient pas mentionné cette installation dans leur déclaration sur leurs programmes nucléaires, les responsables Nord-coréens ont répondu avec légèreté – et de manière assez absurde – qu’elle n’était sortie de terre qu’après la rupture des négociations sur le nucléaire en 2008.