hausmann83_Rafael RodriguezNurPhoto via Getty Images_coronavirusecuador Rafael Rodriguez/NurPhoto via Getty Images

Aplatir la courbe du COVID-19 dans les pays en développement

LEE, MASSACHUSETTS – Le COVID-19 dévaste certaines économies avancées, par exemple celles de l'Italie, de la France, de l'Espagne et des États-Unis. Au-delà des morts et des souffrances humaines, les marchés semblent écarter l'hypothèse d'une récession catastrophique accompagnée de faillites massives, telle qu'elle a pu s'exprimer par la réévaluation radicale du risque de crédit des entreprises sur les marchés financiers.

Aussi horrible que cela puisse paraître, la situation dans les économies avancées sera probablement beaucoup plus bénigne que ce à quoi les pays en développement sont confrontés, non seulement en termes de charge de morbidité, mais également en termes de dévastation économique à laquelle ils seront confrontés. Et bien que deux communautés universitaires – celle des experts en santé publique et celle des macro-économistes – commencent à se parler, malheureusement la conversation ne porte principalement que sur les pays avancés.

La communauté de la santé publique a fait passer les équations différentielles qui régissent la contagion quasiment dans le grand public. Les gens parlent maintenant du rôle du facteur R0 (le nombre moyen de nouvelles infections causées par chaque personne infectée) et de la nécessité d'aplatir la courbe de contagion par la limitation des contacts sociaux et par le confinement.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/UDCi6p4fr