L’adieu aux shoguns de l’ombre

TOKYO – Un gout de déjà vu plane une fois encore sur le Japon. Malgré une victoire électorale écrasante de son Parti Démocrate du Japon (PDJ) en septembre dernier, le Premier ministre japonais Yukio Hatoyama a démissionné à peine 262 jours après son arrivée au pouvoir. Les changements brusques de premier ministre sont malheureusement récurrents au Japon aujourd’hui, puisque la démission de Hatoyama constitue le quatrième transfert soudain de pouvoir en quatre ans.

Lorsque le PDJ était dans l’opposition, il reprochait justement au Parti Libéral Démocrate (PLD) de changer continuellement de dirigeants. Le fait que le PDJ procède de la même manière sidère l’opinion publique japonaise qui finit par se demander si leur système politique n’est pas pourri.

L’inaptitude de Hatoyama à traiter les questions essentielles de sécurité nationale a été déterminante. Il a aliéné ses alliés du Parti Social Démocrate en choisissant – après des mois de tergiversations – d’accepter un accord avec les Etats-Unis garantissant le maintien de la base aérienne américaine de Futenma sur l’île d’Okinawa. La fermeture de cette base avait constitué une de ses promesses de campagne, promesse réitérée au début de son mandat, mais le revirement d’Hatoyama a contraint les socialistes à quitter sa coalition. Le PSD avait promis que la base quitterait le Japon.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/oKVB3jt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.