19

Deux théories pour une déception

PARIS – La croissance mondiale déçoit à nouveau. Il y aun an, le Fonds monétaireinternational s'attendait à ce que la production mondiale augmentede 4% en 2015. Aujourd’hui, le Fonds prévoit3,3% de croissance pour cette année – à peu près autant qu’en 2013 et 2014, etplus d'un point en dessous de la moyenne 2000-2007.

Dans la zone euro, la croissance du dernier trimestre aété décevante. Le Japon se trouve de nouveau en territoire négatif. Le Brésilet la Russie sont en récession. Le commerce mondial est en panne. Cet été,enfin, ralentissement économique et turbulences de marché en Chine ont créé uneincertitude supplémentaire.

Certes, il y a des aussi des bonnes nouvelles : lesperformances de l'Inde, de l'Espagne et du Royaume-Uni dépassent les attentes.La reprise aux États-Unis est solide. L’Afrique se porte bien. Mais, dansl'ensemble, il est difficile de nier que l'économie mondiale manque d’élan.

C’est en partie parce que les arbres ne peuvent pascroître jusqu’au ciel : l'économie de la Chine ne pouvait pas continuer àgrandir de 10% chaque année. Par ailleurs, la croissance n’est pas inconditionnellementsouhaitable : un peu moins de croissance et un peu plus d’air pur peuventaméliorer le bien-être.