Futures étapes européennes

Terrorisme à Londres, rejet du Traité constitutionnel européen en France et aux Pays-Bas : l’europessimisme est de nouveau au goût du jour. L’échec du sommet européen de juin et les confrontations aigries entre Tony Blair et Jacques Chirac ont inspiré certains observateurs à proclamer le commencement de la fin pour l’Europe.

Ils ont tort. L’Europe n’est ni morte ni mourante. Les événements récents mettent fin cependant à une certaine version de l’intégration européenne : la vision d’une « union toujours plus rapprochée » produisant un pays fédéré qui deviendrait alors une nouvelle superpuissance.

Cette vision n’a pourtant jamais été à l’honneur, même avant les dernières reculades. Une fois que les six pays à l’origine de l’union se lancèrent dans une expansion au nord, au sud, et plus récemment, à l’est pour englober les pays d’Europe de l’Est, la vieille vision fédérale fut condamnée. La constitution fut pensée pour donner plus d’efficacité aux 25 pays membres et non pas pour produire un État fédéral fort.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/KmSsu5t/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.