berner5_BERTRAND GUAYPOOLAFP via Getty Images_eric zemmour BERTRAND GUAYPOOLAFP via Getty Images

La trumpisation de la France

PARIS – Selon un récent sondage, qui a créé en France une onde de choc, Éric Zemmour, essayiste d’extrême droite et présentateur de télévision, réunirait 17 % des intentions de vote s’il se présentait à la prochaine élection présidentielle. Ce résultat le place à la deuxième place, devant Marine Le Pen, candidate déclarée du Rassemblent national.

Connu depuis les années 2000 pour ses passages remarqués à la télévision et sa chronique dans le quotidien conservateur Le Figaro, Zemmour est devenu un acteur important dans un jeu politique qu’il espère déstabiliser – quoiqu’il maintienne dans le flou son éventuelle candidature présidentielle. L’influente chaîne de télévision CNews, soutenue par le milliardaire Vincent Bolloré, principal actionnaire du groupe Vivendi, lui sert de tribune. Si ses émissions les plus suivies n’attirent habituellement pas plus de 800 000 téléspectateurs, CNews a doublé son audience en quatre ans, parvenant à la deuxième place parmi les quatre chaînes françaises d’information en continu.

Le modèle économique de la chaîne mêle aux reportages des commentaires et des débats qui simplifient des questions complexes et où s’exposent souvent des positions extrémistes. La clé du succès récent tant de CNews que de Zemmour, ce sont les enseignements que l’une et l’autre ont tirés de Donald Trump : extrémisme et provocation systématiques. Le dernier coup d’éclat de Zemmour fut par exemple d’avoir appelé à l’interdiction des prénoms « étrangers » comme Mohamed.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/vtDZLOyfr