iran revolution anniversary iran revolution anniversary

Iran : la fin de la révolution islamique

STONY BROOK – L’accord sur le nucléaire iranien conclu en juillet dernier par l’Iran et ses interlocuteurs internationaux marque de toute évidence un point tournant dans les relations de la République islamique avec le reste du monde, et avec les États-Unis en particulier. Mais pourquoi a-t-il fallu tellement plus de temps aux États-Unis pour accepter la révolution de l’ayatollah Rouhollah Khomeini en Iran qu’il ne leur en a fallu pour agréer la révolution de Mao Zedong en Chine ?

Une explication possible au gel prolongé des relations bilatérales est bien sûr le fallacieux discours de George W. Bush sur ce qu’il a sottement appelé la « guerre mondiale contre le terrorisme », une pièce dans laquelle l’Iran, aux côtés de l’Irak et de la Corée du Nord, étaient les acteurs d’un « axe du mal » international.  Dans ces circonstances, toute normalisation des relations diplomatiques ne pouvait être perçue que comme une politique d’apaisement inacceptable par les responsables américains.

Mais la politique étrangère moraliste de l’administration Bush ne faisait que confirmer la position des États-Unis depuis la révolution islamique iranienne de 1979. Une explication bien plus détaillée et convaincante des récents événements trouve son origine dans l’histoire et le déroulement de cette révolution.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/AxsUt1S/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.