0

Les leçons de la crise

ITHACA, USA – Le système financier américain est au bord de l'effondrement. C'est le gouvernement américain lui seul, devenant garant et prêteur de dernier ressort, qui a évité l'écroulement d'un capitalisme qui fut l'objet de tant d'éloges.

Que s'est-il passé dans un système financier longtemps présenté comme le plus complet et le plus sophistiqué du monde ? Où les choses vont-elles s'arrêter ? Quelles vont être les conséquences sur le système financier mondial ? Il est difficile de répondre à ces questions alors que nous sommes en pleine la crise. La situation empire de jour en jour - et même les week-ends n'apportent plus de répit face à cette avalanche de mauvaises nouvelles !

Quel que soit le résultat final, une chose est certaine, le reste du monde n'aura plus le même enthousiasme à l'égard des principes de l'économie de marché qui ont présidé au développement financier des Etats-Unis. Si des épreuves difficiles appellent des mesures extrêmes, l'intervention massive du gouvernement américain porte un rude coup à l'idée que l’Etat doit ne doit pas s'occuper du fonctionnement du système financier.

Les responsables des banques centrales et les dirigeants des pays émergeants qui pendant longtemps ont dû se soumettre au diktat américain en faveur de l'économie de marché éprouvent probablement le sentiment satisfaisant de schadenfraude, le plaisir que l'on tire de la souffrance d'autrui. Ils remercient sans doute le ciel d'avoir résisté à un degré ou un autre aux innovations financières, ce qui leur a évité jusqu'à présent d'être aussi affecté que les USA par la crise.