15

Le jeu de l'espionnage

MELBOURNE – Grâce à Edward Snowden, je sais maintenant que la National Security Agency des États-Unis m'espionne. Elle utilise Google, Facebook, Verizon et d'autres sociétés d'Internet et de communication pour recueillir de grandes quantités d'informations numériques, y compris sans doute les données de mes e-mails, les appels de mon téléphone cellulaire et l'utilisation de mes cartes de crédit.

Je ne suis pas citoyen des États-Unis, tout cela est donc parfaitement légal. Et même si j'étais citoyen des États-Unis, il est possible que de nombreuses informations personnelles à mon sujet aient été relevées de toute façon, bien qu'elles n'aient pas probablement pas été la cible directe de l'opération de surveillance.

Est-ce que je dois me sentir révolté par cette intrusion dans ma vie privée ? Le monde de 1984 de George Orwell est-il finalement arrivé trois décennies plus tard ? Est-ce que Big Brother me regarde ?

Je ne me sens pas révolté. D'après ce que je sais jusqu'ici, cela ne m'inquiète pas vraiment. Il est peu probable que quelqu'un lise mes e-mails ou écoute mes appels sur Skype. Le volume d'informations numériques que rassemble la NSA rendrait cette tâche impossible.