Pas de demi-mesure pour la croissance

MILAN – En période de croissance médiocre, tous les pays essayent de trouver une stratégie efficace pour redresser durablement l'économie. Le mot clé est stratégie : pour réussir, les dirigeants politiques doivent appliquer l'ensemble des mesures destinées à ouvrir l'économie, relancer les investissements publics, renforcer la stabilité macroéconomique, s'appuyer davantage sur les marchés et accroître les incitations à répartir au mieux les ressources. Appliquer seulement quelques-unes de ces mesures ne peut donner que  des résultats bancals.

La Chine en offre la parfaite illustration. Avant que Deng Xiaoping ne lance sa politique de "réforme et d'ouverture" en 1978, les investissements dans le secteur public étaient relativement importants. Mais l'économie planifiée ne stimulait pas suffisamment les marchés et elle était essentiellement fermée aux grands marchés mondiaux en matière de biens, d'investissements et de technologie. C'est pourquoi le retour sur les investissements publics était modeste et les résultats de l'économie chinoise médiocres.

La transformation économique de la Chine a commencé avec l'introduction de mesures de stimulation des marchés dans le secteur agricole. Les premières réformes ont été suivies par une ouverture graduelle en direction de l'économie mondiale, un processus qui s'est accéléré jusqu'au début des années 1990. Peu après la mise en œuvre des réformes, le taux de croissance économique a fait un bond, dépassant  à 9% du PIB, et il en a été de même du retour sur les investissements publics.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/ilLlDHvfr