20

La dette importe-t-elle ?

LONDRES – L’Europe est maintenant hantée par le spectre de la dette. Tous les dirigeants européens en tremblent. Pour exorciser le démon, ils passent leurs économies à l’essoreuse.

Cela ne semble pas être d’une très grande aide. Leurs économies dégringolent et la dette continue de s’accroitre. L’agence de notation Standard & Poor’s vient juste de dégrader la note de la dette souveraine de neuf pays de la zone euro, dont celle de la France. La Grande Bretagne devrait probablement suivre.

Pour quiconque n’est pas aveuglé par la folie, l’explication de cette dégradation généralisée est évidente. Si vous prétendez délibérément réduire votre PIB, le rapport entre la dette et votre PIB ne peut qu’augmenter. La seule façon de se débarrasser de la dette (autrement que par un défaut sur cette dette) est de faire en sorte de relancer votre économie.

La peur de la dette est ancrée dans la nature humaine ; il semble donc que l’objectif de son effacement soit perçu comme une bonne chose par le citoyen lambda. Tout le monde sait ce qu’une dette financière signifie : de l’argent dû, souvent emprunté. Le fait d’être endetté peut être source d’angoisse si l’on n’est pas certain, le moment venu, d’être en mesure de rembourser ce que l’on doit.