Un ouragan démocratique ?

NEW YORK – Rien de mieux pour concentrer la pensée que de se retrouver au milieu d'une crise. Comme des millions de New-Yorkais, j'ai entendu l'ouragan Sandy faire vibrer mes fenêtres et trembler mes portes. J'ai eu de la chance par rapport à bien des gens, car je n'ai pas subi de dégâts.

Depuis des années, les spécialistes nous avertissent du risque de voir de telles tempêtes submerger les infrastructures vieillottes de la ville. L'eau salée a envahi les tronçons de métro à l'air libre. Le réseau électrique a été endommagé au point de plonger un tiers de Manhattan dans une obscurité digne de l'ancien temps, et je ne parle là que de New-York. Dans le New-Jersey, nombre d'habitants qui ont la chance d'avoir encore un logement sont isolés par des torrents d'eau d'égout qui dévalent devant leur porte.

Personne ne peut affirmer avec certitude que cette tempête est due au réchauffement climatique, mais presque tous les experts considèrent que dans l'avenir les tempêtes seront plus violentes en raison de la fonte des calottes glaciaires et de la montée du niveau des mers. Pourtant aucun des candidats à la présidence n'a mentionné les conséquences potentiellement catastrophiques du changement climatique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/fsXRAA6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.