Russian army parade.

La Russie, de la mémoire au déni

LONDRES – Ma plus douloureuse expérience en Russie fut ma visite à Perm-36 en 1998, dans le seul camp de travaux forcés de Staline à avoir été préservé. J'étais à Perm, une ville dans l'Oural, pour participer à une conférence de l'École d'études politiques de Moscou. Fondée par la remarquable Lena Nemirovskaya, le but de l'école est d'initier les jeunes Russes post-communistes à la démocratie, à l'autonomie politique et au capitalisme.

Par cette journée glaciale du mois de mars, j'ai rejoint quelques amis dans ce voyage vers l'ancien camp. Construit au début des années 1940 comme un camp de travail « régulier », Perm-36 a été reconverti en camp de concentration pour prisonniers politiques en 1972.

Les derniers prisonniers ont été libérés en 1987, la troisième année du mandat de Mikhaïl Gorbatchev. Il avait alors été restauré en Musée du Goulag par Memorial, un groupe de militants des droits de l'homme fondé par le physicien dissident Andrei Sakharov, pour rappeler aux Russes leur passé totalitaire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/cGbUxEg/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.