0

La cyber-insécurité

CAMBRIDGE – En août 2008, les troupes russes sont entrées en Géorgie. Alors que les observateurs débattent encore du fait de savoir qui a tiré en premier, une nouvelle dimension du conflit, qui aura des répercussions importantes à l’avenir, est passée quasiment inaperçue.

Dans les semaines qui ont précédé le début des hostilités, des pirates informatiques ont attaqué les sites Web du gouvernement géorgien. Le conflit armé entre la Russie et la Géorgie est le premier à avoir été précédé par des attaques de conséquence dans le cyberespace. Bienvenue au XXIème siècle.

Les menaces et les guerres cybernétiques potentielles illustrent la vulnérabilité croissante et la perte de contrôle des sociétés contemporaines. Les gouvernements se sont essentiellement préoccupés des attaques de pirates informatiques contre les infrastructures informatiques de leur bureaucratie, mais il existe des vulnérabilités au plan social dont l’enjeu est bien supérieur aux ordinateurs gouvernementaux.

Dans une lettre ouverte adressée au président américain en septembre 2007, les spécialistes de la cyberdéfense lançaient un signal d’alerte concernant le fait que les « infrastructures vitales des Etats-Unis, comme le réseau électrique, la finance, les télécommunications, la santé, les transports, l’eau, la défense et l’Internet sont extrêmement vulnérables à des cyberattaques. Il est nécessaire de prendre rapidement et résolument des mesures pour éviter un désastre national ». Mais dans le monde opaque de l’Internet, il est difficile d’identifier les attaquants.