0

Pleures, Birmanie chérie !

RANGOON – Depuis l'introduction du bouddhisme dans notre pays il y a plus de 1000 ans, les bonzes constituent l'un des principaux visages de la Birmanie. L'éthique du bouddhisme theravada interdit à un bonze de s'engager politiquement ou d'occuper un poste politique. Mais en Birmanie aujourd'hui, alors que les bonzes remettent en question l'hégémonie de la junte militaire cette philosophie spirituelle qui s'enracine dans la compassion et la non-violence a fini par acquérir une certaine dimension de défi et de réticence à l'égard du pouvoir,.

Nous sommes tous deux bonzes – l'un de nous est universitaire, il enseigne aux USA, et l'autre dirige de la All Burma Sangha Coalition à l'origine des récentes manifestations. Ce dernier se cache, parce que le gouvernement militaire birman à répondu aux manifestations pacifiques de nos frères bouddhistes par la violence et la brutalité.

Beaucoup de bonzes et de nonnes ont été victimes de violences et les milliers de personnes qui ont été arrêtées continuent à la subir. Plus de mille personnes ont disparu, beaucoup d'entre elles sont probablement décédées.

Il y a quelques semaines, les bonzes de Birmanie ont commencé à manifester, à prier et à répandre une forme de bienveillance dans une tentative de résolution pacifique des problèmes de notre pays. La Birmanie est riche en ressources naturelles, mais la population est misérable. Elle a été touchée de plein fouet et son désespoir a atteint un abîme lorsque le gouvernement a augmenté brutalement et arbitrairement le prix de l'essence, multiplié par cinq du jour au lendemain.