Paul Lachine

Hong Kong : coup d'arrêt à la corruption ?

HONG KONG – Joseph Yam, le président de l'Autorité monétaire de Hong Kong (HKMA) qui a fait toute sa carrière dans la fonction publique prend sa retraite. D'habitude on ne prête guère d'attention à ce genre d'information, mais cette fois-ci ce n'est pas le cas, car il y a une bonne raison à cela.

C'est l'occasion pour Donald Tsang, le chef de l'exécutif de Hong Kong, de restaurer la probité et une bonne gouvernance dans l'une des institutions statutaires du territoire. Il faudrait pour cela qu'il choisisse le prochain président du HKMA exclusivement sur la base d'une honnêteté irréprochable et de la compétence.

Yam reste un héros pour beaucoup d'habitants de Hong Kong, dont des journalistes peu au fait de la finance internationale. Pour eux, il est le gardien du dollar de Hong Kong dont la valeur a été fixée à 7,8 dollars américains pendant 26 ans. Lors de la crise financière de 1998, la dévaluation aurait été défavorable aux grands propriétaires qui possédaient des biens sur place, mais peu de revenus ou d'actifs en dollars américains. Rien d'étonnant à ce que les magnats de l'immobilier se soient opposés à une modification de ce taux de change malgré l'importante surévaluation de la devise de Hong Kong à cette époque. Ce taux a été maintenu au coût - payé par tous les citoyens - de six ans de stagnation économique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ZAAE4iL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.