3

Thérapie de couple pour les États-Unis et la Chine

BEIJING – La Chine a sans aucun doute jusqu’à aujourd’hui tiré parti du système mondial instauré et promu par les États-Unis. Le voyage de Richard Nixon en Chine en 1972 n’ouvrait-il pas en effet à la Chine les portes d'un retour au sein de la communauté internationale.

La majeure partie des 20 dernières années a constitué une véritable lune de miel pour la relation américano-chinoise. Sur le plan économique, les États-Unis ont non seulement accordé à la Chine un statut commercial des plus favorables, mais également accepté l'approche mercantiliste de la Chine à l'égard du commerce international et de la finance internationale, notamment son régime de taux de change à double sens. Dans les années 1990, les liens économiques bilatéraux ont continué de se développer. Le soutien de l’Amérique en faveur de l’intégration de la Chine dans l’ordre mondial a connu son apogée lors de l’accession de celle-ci à l’Organisation mondiale du commerce en 2001. Depuis lors, le volume des exportations chinoises a quintuplé.

Bien évidemment, l’insuffisance du régime chinois en matière de propriété intellectuelle a mis à mal ces relations (une lacune qui nuit sans doute davantage aux entreprises chinoises qu'aux entreprises américaines, dans la mesure où elle dissuade les entreprises américaines – de même que celle d'autres pays développés – de lancer leurs nouvelles technologies en Chine). Et le rôle des entreprises étatiques chinoises, ainsi que le soutien officiel de la Chine à l’endroit des « champions nationaux » de la technologie (des sociétés privilégiées qui dépensent presque certainement sans compter l’argent du gouvernement) ont également détérioré ces relations.

En fait, l'approche chinoise consiste en un véritable jeu de hasard. Les innovations à succès, en matière de haute technologie, y sont bien souvent le fruit d'événements aléatoires, qui répondent à la loi des grands nombres. Une fois lâchés sur le marché, de nombreux individus et entreprises s'efforcent d'innover, de telle sorte que la probabilité générale de succès est susceptible d'augmenter considérablement. Le marché permet à la loi des grands nombres de fonctionner, alors que le soutien ciblé d'un gouvernement en faveur d'une poignée d'entreprises privilégiées la malmène.