stiglitz295_Clemens Bilan - PoolGetty Images_georgieva Clemens Bilan/Pool/Getty Images

Une tentative de renversement à la tête du FMI

NEW YORK – Des mesures sont en cours pour remplacer ou du moins affaiblir fortement Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds monétaire international depuis 2019. Il s'agit de la même Georgieva dont l'excellente réponse à la pandémie a rapidement fourni des fonds pour maintenir les pays à flot et faire face à la crise sanitaire, et qui a plaidé avec succès pour une émission de 650 milliards de dollars de « monnaie » du FMI (droits de tirage spéciaux, ou DTS), si essentiels à la reprise des pays à revenu faible et intermédiaire. De plus, elle a positionné le Fonds pour qu'il joue un rôle de leader mondial dans la réponse à la crise existentielle du changement climatique.

Pour toutes ces actions, Georgieva doit être applaudie. Alors quel est le problème ? Et qui se cache derrière l'effort pour la discréditer et l'évincer ?

Le problème est un rapport que la Banque mondiale a commandé au cabinet d'avocats WilmerHale concernant l'indice annuel Doing Business de la Banque, qui classe les pays en fonction de la facilité d'ouverture et d'exploitation des entreprises commerciales. Le rapport contient des allégations – ou plus précisément des « indices » – d'irrégularités impliquant la Chine, l'Arabie saoudite et l'Azerbaïdjan dans les indices 2018 et 2020.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/mpJPUF0fr