pei60_Pang XingleiXinhua via Getty Images_xijinpingchinacommunistpartycoronavirus Pang Xinglei/Xinhua via Getty Images

Le coronavirus fera-t-il tomber le régime unipartite chinois ?

CLAREMONT, CALIFORNIE – Il pourrait sembler étonnant de considérer que l’épidémie de nouveau coronavirus (ou COVID-19) soit susceptible de mettre à mal le règne du Parti communiste chinois (PCC), d’autant plus que les efforts très actifs de confinement menés par le gouvernement semblent pour l’heure fonctionner. Pour autant, ce serait une erreur que de sous-estimer les conséquences politiques de cette crise de santé publique, la plus grave dans l’histoire récente de la Chine.

D’après une analyse conduite par le New York Times, au moins 760 millions de Chinois, soit plus de la moitié de la population du pays, sont à des degrés divers confinés chez eux. Cette situation engendre de sérieuses conséquences individuelles et globales, qu’il s’agisse de l’exemple du jeune enfant resté seul pendant plusieurs jours à la maison alors que son grand-père venait de décéder au sein du domicile, ou d’un ralentissement économique significatif. Les mesures appliquées semblent néanmoins avoir contribué à une nette réduction du nombre de nouvelles infections en dehors de Wuhan, où a débuté l’épidémie, les informations indiquant désormais de faibles nombres à un chiffre.

Si les dirigeants chinois soulignent leurs progrès dans la maîtrise du virus, ils montrent également certains signes de fébrilité. Comme les élites d’autres autocraties, ils se sentent politiquement plus vulnérables en périodes de crise. Ils savent que lorsque la peur et la frustration de la population augmentent, des erreurs mêmes minimes sont susceptibles de leur coûter cher, et de gravement remettre en question leur pouvoir.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/lQKf3sffr