0

De la clarté sur les diamants.

PRINCETON – Les diamants ont une image de pureté et de lumière. Ils sont offerts en promesse d’amour et sont un symbole d’engagement. Les diamants sont pourtant à l’origine de meurtres épouvantables, de nombreux viols et d’amputations.

L’ancien président du Libéria Charles Taylor, actuellement mis en accusation pour crimes de guerre devant un tribunal spécial à La Haye, est soupçonné d’avoir utilisé les diamants pour financer les rebelles dans la guerre civile en Sierra Leone. Les faits qui sont reprochés à Taylor ne sont que quelques uns des nombreux exemples dans lesquels les diamants sont impliqués dans des violations généralisées des droits de l’homme.  

Lorsque l’utilisation de diamants pour financer de violents conflits en Afrique avait attiré l’attention du monde entier, l’industrie du diamant mit en place le Processus Kimberley pour retirer les « diamants de sang » du commerce international. Cette initiative rencontrât un certain succès bien qu’elle n’ait pas totalement mis un terme au négoce de diamants dans certains pays déchirés par des conflits comme en République Démocratique du Congo. 

Certains au sein de l’industrie s’inquiètent cependant des limites de ce Processus Kimberley et du fait que l’on fait croire aux consommateurs qu’il n’y a plus aucun problème éthique avec les diamants. C’est loin d’être la vérité.