L'avenir de la Syrie

DENVER – "Les hommes et les nations ne se comportent avec sagesse qu'après avoir épuisé toutes les autres alternatives", a déclaré un jour Abba Eban, le diplomate israélien. Cela va-t-il être le cas pour les USA avec la Syrie - le problème le plus inextricable et le plus dangereux du Moyen-Orient ?

Jusqu'à présent, la politique américaine s'est réduite à des bombardements plus ou moins symboliques contre les extrémistes sunnites et à la participation à l'entraînement de quelques 5000 syriens appartenant à "l'opposition modérée" supposée vaincre les autres forces sunnites et celles du président Bachar Al-Assad en attendant qu'elle n'entre victorieusement dans Damas - survolée peut-être par l'aviation américaine. Les USA continuent ainsi dans une mauvaise direction : ils écoutent, et pire encore, ils croient ceux-là même qui sont une partie du problème.

Le président Obama a raison de dire que la destruction de l'Etat islamique est un objectif à long terme. Cet objectif est justifié, mais il manque d'objectif clair en ce qui concerne la Syrie - alors que l'Amérique devrait susciter un large soutien dans la région et plus largement au sein de la communauté internationale. De même que les chiites à eux tout seuls ne peuvent gouverner l'Irak, les sunnites ne peuvent à eux tout seuls gouverner la Syrie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/FAFfqul/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.