La Chine va-t-elle perdre la bataille contre la corruption ?

Il est rare de voir les dirigeants chinois laver leur linge sale en public. Aussi, l'arrestation de Chen Liangyu, membre du Politburo et patron du Parti communiste à Shanghai, accusé de corruption, a généré des ondes de choc à travers tout le pays. Certains observateurs pensent que c'est un épisode la lutte pour le pouvoir, le président Hu Jintao marquant son autorité contre un responsable local qui ne s'est pas conformé à la politique nationale.

Quelle que soit la vérité derrière la chute de Chen, et malgré les enquêtes de plus en plus nombreuses sur la corruption d'autres hauts fonctionnaires, les informations que le gouvernement et les institutions multilatérales ont récemment rendues publiées montrent que les autorités mènent peut-être un combat d'arrière-garde contre une marée montante de corruption.

Le Parquet populaire suprême a publié récemment des statistiques plutôt inquiétantes : de 2002 à 20005, chaque année plus de 42.000 hauts fonctionnaires ont fait l'objet d'une enquête pour corruption, et plus de 30.000 d'entre eux ont été poursuivis.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/6rVqWWL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.