0

Chavez aux abois

Le revers électoral subi par Hugo Chavez lors du référendum sur le projet constitutionnel destiné à prolonger indéfiniment son mandat et à lui donner tous pouvoirs provoquera de profonds changements non seulement au Venezuela même, mais également dans le reste du continent. Jusqu’au vote de dimanche dernier, l’Amérique latine était divisée en trois blocs :

• les pays populistes, riches en pétrole et en gaz naturel (Venezuela, Bolivie, Équateur), avec les sociétés marxistes modèles que sont le Nicaragua et Cuba, soutenues par les « pétrodollars » de Chavez ;

• Les social-démocraties (Brésil, Uruguay, Chili et Pérou) ;

• les pays modérés, dont la Colombie et le Paraguay, proaméricains, et l’Argentine, prudemment pro-Chavez.