Sortir du cauchemar du Moyen-Orient

MADRID – Le Moyen-Orient est prisonnier d’une spirale apparemment sans fin d’instabilité. La possibilité d’une intervention militaire en Syrie, accompagnée de la détérioration de la situation en Égypte depuis le coup d’État militaire, a placé la région dans une position précaire. Et malgré les changements politiques en Iran depuis l’élection présidentielle en juin, les négociations internationales portant sur ses ambitions nucléaires restent lettre morte.

Les paradoxes abondent, alors que les alliés historiques des États-Unis au Moyen-Orient (l’Arabie saoudite, Israël, la Turquie, l’Égypte et les États du golfe) ont tenu des positions opposées – et parfois en apparence contradictoires – à l’égard des principaux conflits de la région. Et, dans tous les points chauds actuels, l’affirmation des intérêts des pays voisins a rendu les choses encore plus complexes.

L’Arabie saoudite, craignant de graves conséquences intérieures de la prise de pouvoir des frères musulmans en Égypte, ne veut pas d’un mouvement islamiste légitimé démocratiquement. Elle a donc constamment pris une position sans compromis contre le mouvement des frères musulmans, même si ce dernier est moins radical que la propre obédience de l’islam des Saoudiens.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/gG5NBA0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.