Climat propice au cataclysme en Asie centrale

FLORENCE – Dean Acheson, le secrétaire d’état du président des Etats-Unis Harry Truman, aimait à citer un ami en disant : être au gouvernement est terrifiant, mais ne plus y être est angoissant. En effet, toute personne dans le secret des interventions militaires complexes et clandestines de l’OTAN en Afghanistan s’inquiète terriblement de la situation là-bas – et en Asie centrale.

Comme les opposants du président afghan Hamid Karzaï prétendent qu’il est sur le point de faire alliance avec le Pakistan et les Talibans, le Pentagone a exprimé sa crainte que la guerre ne s’étende au-delà du cour pachtoune jusqu’aux zones tadjike et ouzbèke au Nord du pays. Il paraîtrait que les Etats-Unis construisent un « centre d’opérations spéciales » de cent millions de dollars près de Mazar-i-Charif sur la frontière ouzbèke.

Ils auraient aussi prévu d’établir un « centre d’entraînement contre-terroriste » similaire près d’Och au Kirghizstan dans la vallée de Ferghana, à l’endroit même où a éclaté en juin dernier le pire conflit ethnique entre Ouzbeks et Kirghizes depuis le démantèlement de l’Union soviétique. Des centaines de tués, des quartiers entiers rayés de la carte et 400 000 refugiés d’après les estimations.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/60go09Q/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.