7

La crise de l'Europe en Ukraine

STOCKHOLM – Personne ne peut dire comment la grave crise que traverse l'Ukraine va se terminer. Nous, membres de l'Union européenne et des États-Unis, faisons ce que nous pouvons pour assurer une transition pacifique vers une démocratie plus stable et vers la mise en œuvre finale de réformes urgentes. Et l'accord conclu à présent entre le Président Viktor Ianoukovitch et l'opposition devrait rendre ce processus à nouveau possible.

Si cet accord n'est pas respecté, l'Ukraine pourrait bien continuer à s'enfoncer dans le chaos et les conflits, ce qui ne serait dans l'intérêt de personne. C'est pourquoi la crise de l'Ukraine est une crise européenne. Et bien que nous ne sachions pas comment la crise va se terminer, la façon dont elle a commencé est parfaitement claire.

Depuis des années, l'Ukraine recherchait une relation plus étroite avec l'UE. Ses dirigeants ont approuvé chaleureusement la promesse de relations renforcées sous le Partenariat oriental et fait pression en faveur d'un Accord d'association avec l'UE, assorti d'une Zone de libre-échange approfondie et complète. Lorsque ces négociations entamées sous le gouvernement ukrainien précédent ont été conclues, l'accord a été approuvé par les quatre Présidents et les 14 Premiers ministres en fonction depuis que l'Ukraine a obtenu son indépendance en 1991.

Mais au moment où l'UE et l'Ukraine ont abordé les derniers points avant le sommet du Partenariat oriental de novembre 2013 à Vilnius, où l'Ukraine devait signer son accord d'association, quelque chose a subitement changé. Depuis août 2013, les décideurs russes ont adopté l'objectif déclaré de faire sortir l'Ukraine de cette trajectoire. Une campagne politique contre l'accord a été lancée, à laquelle le Kremlin a associé des mesures de sanctions et des menaces plus sévères contre une économie ukrainienne déjà faible.