Les Généraux barons de la drogue de Birmanie

Le black-out imposé aux organes de presse par la junte militaire birmane quand il fut décidé qu'elle renoncerait à prendre la direction de l’ANASE (Association des Nations de l'Asie du Sud-est) l’an prochain montre que son prestige est sérieusement remis en cause. En effet, cette décision fut loin d’être prise volontairement. Le leader de la junte, le général Than Shwe, « a perdu la face » et rapidement disparu de la scène publique si radicalement que certains Birmans ont cru qu’il était décédé.

Les leaders qui firent pression sur le régime pour qu’il renonce à la direction de l’ANASE n’étaient pas des militants des Droits de l’homme occidentaux mais ses voisins les plus proches au sein de l’ANASE. Cela a dû rendre la retraite encore plus douloureuse pour la junte et les généraux, l’ANASE ayant par le passé joué le rôle de leur meilleur bouclier contre la pression internationale.

Pour l’ANASE, cet épisode a représenté une leçon en assertivité. Cela démontre qu’une pression constante fonctionne mieux que les « efforts constructifs » qu’elle entreprit autrefois, sans résultat, durant huit ans, dès que la Birmanie rejoignit l’Association.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xLj4eaF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.