9

L’ascendant tenace de l’Amérique

WASHINGTON, DC – Bon nombre d’observateurs ont cité la crise en Ukraine comme un autre exemple flagrant du retrait des États-Unis d’Amérique de la sphère internationale et du déclin de son influence internationale. D’autres l’ont aussi interprété comme une preuve des tractations des Russes pour mobiliser les principales économies émergentes – le Brésil, l’Inde et la Chine – contre l’Occident. Même s’il y a un peu de vrai dans ces deux interprétations, chacune d’entre elles est une exagération grossière, comme l’est la notion que l’Amérique ne serait plus en mesure de construire un système international sécuritaire et prospère.

Il est vrai que les Américains viennent de connaître quelques années difficiles, car après deux longues guerres épuisantes, leur retrait de l’Afghanistan se déroule encore au compte-gouttes. En Syrie, l’intransigeance des Russes et des Chinois a grandement gêné les initiatives américaines visant une solution diplomatique. Et les prétentions grandissantes de la Chine sur les mers du sud et de l’est de la Chine menacent l’influence des Américains dans la région, tout en augmentant les risques de confrontation avec le Japon, un allié proche des États-Unis.

Au même moment, beaucoup des alliés européens de l’Amérique sont enlisés dans un bourbier économique. Et, malgré le fait que l’économie américaine est sur le point de se remettre de la crise financière mondiale, les finances et la réputation des États-Unis ont subi un revers de taille.

Néanmoins, l’influence mondiale des États-Unis demeure bien présente, surtout par ses alliances étroites entretenues avec les autres pays. Toute l’attention portée à l’ascension économique de la Chine, et dans une moindre mesure celle de l’Inde et du Brésil, ont éclipsé la réussite d’alliés américains comme la Corée du Sud, la Turquie, l’Indonésie et l’Allemagne. En fait, la grande majorité des grandes économies mondiales sont celles des pays alliés aux États-Unis.