Les coûts commerciaux d’une sortie de l’UE

BRUXELLES – Selon les « Brexiters » – partisans d’une sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne – une telle issue n’est vouée à engendrer aucun coût, et à ne générer aucun impact sur les échanges commerciaux menés par le pays à travers le monde. Ils ont absolument tort. Le 23 juin, lorsque les électeurs britanniques choisiront leur bulletin dans le cadre du référendum relatif au Brexit, ils feraient bien de réfléchir à ce qu’implique concrètement une sortie de l’UE – et à la possibilité ou non de conserver à l’issue d’un éventuel Brexit les avantages dont ils bénéficient en termes de libre-échange (et qu’ils considèrent comme acquis).

Commençons par les fondamentaux. Une sortie de l’UE signifierait pour le Royaume-Uni quitter l’Union douanière de l’UE, qui sous-tend le libre-échange à travers les frontières des 28 États membres de l’UE (et qui fixe un tarif extérieur commun vis-à-vis des pays tiers). Cela signifierait également quitter le marché unique – qui constitue la base de la libre circulation des biens et des services entre les différents membres de l’UE – puisque les pays non membres de l’UE ne peuvent par définition appartenir au marché unique.

Qu’adviendrait-il par la suite ? Au cours d’une période de deux ans antérieure à l’entrée en vigueur de cette sortie du Royaume-Uni, des négociations auraient lieu entre le pays et l’UE autour de nombreuses questions – souveraineté, ordre légal, immigration, finances et autres considérations économiques. L’objectif crucial du Royaume-Uni consisterait alors certainement à négocier une relation commerciale aussi proche que possible de cette relation de libre-échange qui existe à l’heure actuelle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Jx3yWmo/fr;