33

Pourquoi la relance a échoué

NEW DELHI – Deux croyances fondamentales ont conduit la politique économique mondiale ces dernières années. La première est que le monde souffre d'un manque de demande globale par rapport à l'offre. La seconde est que la détente monétaire et budgétaire comblera l'écart.

Est-il possible que le diagnostic soit exact, mais que le remède soit erroné ? Cela pourrait expliquer pourquoi nous avons fait peu de progrès jusqu'à présent dans la relance de la croissance d'avant la crise. Et cela indiquerait également que nous devons revoir nos remèdes.

Des niveaux élevés de chômage involontaire dans l'ensemble des économies avancées indiquent que la demande est en retard sur l'offre potentielle. Alors que le chômage est nettement plus élevé dans les secteurs qui étaient en plein essor avant la crise, comme le bâtiment aux États-Unis, il est maintenant plus répandu, ce qui sous-tend l'idée qu'il faut davantage de demande pour rétablir le plein emploi.

Les décideurs ont d'abord eu recours à des dépenses publiques et à de faibles taux d'intérêt pour relancer la demande. Comme la dette publique a explosé et que les taux directeurs ont touché le fond, les banques centrales ont mis l'accent sur des mesures de plus en plus innovantes pour stimuler la demande. Pourtant la croissance continue d'être très lente. Pourquoi ?