La majorité silencieuse de Berlusconi

MILAN: Alors que Silvio Berlusconi et les membres de son nouveau gouvernement s'établissent tranquillement dans leurs fonctions, sa victoire a encore des airs de révolution pour certains. Pourtant, l’Italie sera-t-elle vraiment différente quand Berlusconi cédera sa place au pouvoir ? On peut hausser les épaules et se débarrasser facilement de la question en répondant : « Pas vraiment ! » Mais un tel cynisme insolent est malavisé. Depuis la fin de la guerre, l’Italie a connu 58 gouvernements, de coalition ou minoritaires, qui eurent peu d’influence sur les événements nationaux ou internationaux. Le bref passage de M. Berlusconi à la tête du gouvernement en 1994 n’a pas fait exception à cette logique, handicapé comme il le fut par un partenaire politique indiscipliné (la Ligue du Nord), ses propres démêlés judiciaires, ainsi que son manque de légitimité du fait que les Italiens voyaient dans le « conflit d’intérêts » entre son immense richesse et son pouvoir politique une malversation des ses décisions et de son autorité. Cette fois-ci, la situation est extrêmement différente. M. Berlusconi a été élu, sur la base d’un programme politique de réductions d’impôts, par une vaste majorité privée de porte-parole politique depuis des années. Il est probable que son gouvernement arrivera au terme de son mandat politique. Comprendre la pertinence de ces questions nécessite la considération de deux différences fondamentales entre l’Italie d’aujourd’hui et celle de 1994, ainsi qu’entre l’Italie et les autres pays européens. Les différences entre l’Italie de 1994 et l’Italie de 2001 sont limpides. Contrairement à 1994, la majorité du gouvernement Berlusconi bénéficie d’une marge confortable dans les deux chambres parlementaires. Le soutien de la Ligue du Nord n’est plus essentiel à la survie de son gouvernement ; les autres membres de sa coalition sont loyaux et sûrs. De plus, l’Italie est maintenant membre de la zone euro. Sa consolidation fiscale est achevée. Le budget de l’État reste une contrainte obligatoire dans sa politique. L’Italie n’est plus au bord du désastre financier, une restructuration des finances gouvernementales n’est plus nécessaire. Les Italiens ont accueilli favorablement la discipline et la stabilité imposées par le Traité de Maastricht. Ce qui est moins visible à l’œil nu, c’est la différence entre l’Italie et l’Europe continentale. Contrairement aux Français ou aux Allemands, nombreux sont les Italiens qui n’ont qu’une confiance limitée dans un gouvernement omniprésent. L’opinion publique italienne semble plus favorablement disposée envers les valeurs du marché, la concurrence internationale et la libre entreprise comparée au reste de l’Europe. La méfiance instinctive des Italiens envers l’État est enracinée dans leur histoire et également soutenue par des raisons économiques. Du fait que la fraude fiscale est plus répandue en Italie que dans n’importe quel autre pays, la pression fiscale se concentre sur un plus petit nombre de contribuables qui sont lourdement imposés. En même temps, par comparaison avec les autres pays européens, la qualité des services publics en Italie est souvent décevante, et les avantages sociaux tendent à être redistribués aux groupes politiques puissants plutôt que de manière « juste » et universelle. De récents sondages enquêtant sur l’opinion des citoyens français, allemands, espagnols et italiens au sujet des dépenses sociales de leurs gouvernements (cf.
http://prosyn.org/jieRwXs/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.