3

La morne routine de la crise européenne

BERKELEY – Ce mois marque le quatrième anniversaire du sauvetage financier de la Grèce en mai 2010. Auparavant, l'idée qu'un membre de la zone euro puisse demander une aide d'urgence auprès du Fonds monétaire international, au côté de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne, était impensable. Le sauvetage a ainsi marqué l’entrée de l'Europe en pleine crise.

Quatre ans plus tard, les fonctionnaires européens assurent à chacun que la crise est terminée. Le FMI a relevé ses prévisions de croissance de la zone euro pour cette année à 1,2%. Même la Grèce devrait connaître une croissance de 0,6%, modeste mais non négligeable.

Les marchés obligataires, eux aussi, indiquent que la crise est terminée. Les rendements des emprunts d'Etat irlandais ont chuté en dessous de 3%. Le mois dernier, le Portugal a pu émettre des obligations à dix ans à 3,57%. Même la Grèce a été en mesure de vendre des obligations de cinq ans à des taux inférieurs à 5%.

De toute évidence, les soi-disant experts qui avaient prédit la désintégration imminente de la zone euro ont été contredits par les faits. Cependant, il est tout aussi probable que ceux qui déclarent actuellement que la crise est terminée seront contredits de la même manière.