3

Obama l’Européen ?

WASHINGTON – Barack Obama a entamé son second mandat en tant que président des États-Unis avec un discours inaugural qui a présenté une vision large de la gouvernance américaine. Du côté de l’Europe, la réaction dominante révèle, si l’on lit entre les lignes, combien le premier président américain « tourné vers le Pacifique » a prononcé le discours inaugural le plus « européen » que l’on ait pu entendre dans l’histoire récente.

Ce discours d’Obama fait non seulement la part belle aux principes fondamentaux de la démocratie sociale telle qu’elle existe en Europe, mais annonce également une nouvelle ère de l’engagement américain dans les questions de gouvernance mondiale. Mais malgré l’euro-enthousiasme d’Obama, de vraies questions demeurent concernant la politique étrangère de son administration.

Outre de nombreuses références aux principes fondateurs de l’Amérique ainsi qu’aux périodes clés de l’histoire des États-Unis, Obama a formulé une vision de la société, du gouvernement et des relations étrangères à laquelle pourraient s’identifier la plupart des Européens, avec notamment plusieurs références explicites aux droits des femmes, ou encore, pour la première fois dans un discours aussi important, aux droits des homosexuels.

Le discours du président a également fait l’éloge de la protection sociale (« Ces engagements que nous prenons les uns à l’égard des autres, à travers le Medicare, le Medicaid et la sécurité sociale, n’entravent en rien nos capacités d’initiative, ils nous rendent plus forts ») et de l’idée de fraternité (« la préservation de nos libertés individuelles nécessite au bout du compte une action collective »).