Chine et Russie sous l’œil de la caméra

NEW YORK – Le monde dans lequel nous vivons révèle bien souvent sa nature avec plus de clarté lorsqu’il est dépeint sous le prisme de l’art. Beaucoup a été écrit sur l’après-communisme en Russie et en Chine. Mais voici que deux sorties cinématographiques récentes, d’une part A Touch of Sin de Jia Zhangke, réalisé en Chine en 2013, et d’autre part Leviathan de Andrey Zvyagintsev, film russe de 2014, viennent mettre en lumière le paysage social et politique de ces deux pays, d’une manière plus pertinente que n’importe quelle publication qu’il m’ait été donné de lire.

Le film de Jia raconte plusieurs histoires, quatre récits étroitement liés, autour d’actes solitaires d’une violence extrême, pour la plupart inspirés de faits divers contemporains. Le film Leviathan nous parle de la vie d’un honnête homme, qui verra son existence anéantie par le maire de sa ville, avec la complicité de l’Église orthodoxe russe et d’une justice corrompue.

Ces deux œuvres se révèlent visuellement époustouflantes, en dépit de la noirceur des histoires présentées. Les cieux ténébreux qui surplombent la côte du nord de la Russie dans le film Leviathan apparaissent absolument enchanteurs, tandis que Jia parvient à conférer une incroyable beauté à cette jungle de béton et de tours que constitue Shenzhen, ville colossale située entre Guangzhou et Hong Kong. Ces deux œuvres ont également ceci de commun qu’elles partagent une fascination pour les récits mythiques, à savoir le Livre de Job dans Leviathan, et la magie des arts martiaux dans A Touch of Sin.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/jzEf5DQ/fr;