L’impartialité pour la dette souveraine

NEW YORK – En juillet dernier, lorsque le juge fédéral américain Thomas Griesa a prononcé une décision concernant l’Argentine stipulant que cette dernière devait rembourser intégralement ce que l’on a appelé les « fonds vautours » qui avaient racheté sa dette souveraine à un prix imbattable, la nouvelle à plonger le pays dans la faillite, dite faillite-Griesa. Cette décision a eu de profondes répercussions, y compris sur les obligations issues de différentes juridictions, suggérant ainsi que la justice américaine imposait sa règle sur les contrats exécutés dans d’autres pays.

Depuis, les avocats et les économistes tentent de démêler le dédale des implications de la décision de Griesa. La justice américaine peut-elle réellement revendiquer l’autorité de sa justice au-delà des frontières de l’Amérique ?

Aujourd’hui, la Grande Bretagne a finalement apporté un peu de clarté sur cette question, en affirmant que le remboursement des intérêts payés sur les obligations issues en Grande Bretagne sont couverts par la loi britannique, et non par les décisions de la justice américaine. Ce retournement – fort apprécié après la série de décisions adoptées par les juges américains qui ne semblent pas comprendre les complexités des marchés financiers globaux – constitue des leçons importantes.  

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4CxLp8k/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.