Obama face à l’État islamique

WASHINGTON, DC – Le président américain Barack Obama a formulé une stratégie détaillée quant à la manière dont son administration entendait combattre l’État islamique, qui contrôle désormais une importante partie de la Syrie et de l’Irak. Bien qu’au cours des deux ans et demi passés je me sois montrée fermement critique à l’égard de la politique d’Obama vis-à-vis de la Syrie, force est de constater que sa nouvelle stratégie reflète une politique étrangère mature et cohérente – qui manque en revanche à satisfaire pleinement aux valeurs proclamées par le président américain. Or, il y a là une négligence susceptible de faire échouer son plan.

L’approche privilégiée par Obama mérite à trois égards d’être saluée. Elle combine tout d’abord fermeté et diplomatie. Deuxièmement, elle accompagne de conditions scrupuleuses le type et la portée de l’action militaire américaine. Troisièmement, elle associe la réussite de ces efforts à l’existence et à l’efficacité d’une large coalition au Moyen-Orient, projetant ainsi un message clair selon lequel bien que les États-Unis soient prêts à assumer le rôle de leader, ils ne sont pas en capacité et ne souhaitent nullement endosser le rôle de gendarme du monde.

Dans le cadre du jeu de pouvoir qui s’opère actuellement au Moyen-Orient, Obama utilise ses atouts du mieux possible. Conscient de la possibilité d’affaiblir significativement l’État islamique au moyen d’un effort militaire conduit par l’Amérique, il sait également que seule une démarche combinant le militaire au politique pourra aboutir à la destruction de ce groupe. Le président américain a su se créer une certaine marge politique en traçant une ligne claire, annonçant que l’Amérique « étendrait ses efforts au-delà de la simple protection de ses ressortissants et conduite de missions humanitaires, » mais seulement en collaboration avec le gouvernement irakien nouvellement créé. Si ce gouvernement honore sa promesse d’inclusion politique, les États-Unis l’aideront à reprendre le contrôle de son pays ; à défaut, ce ne sera pas le cas.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5WVyP8e/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.