Dean Rohrer

Angela Merkel et sa peur de l’Europe

BERLIN – Depuis l’irruption de la crise financière en septembre 2008, l’Union Européenne est en désarroi. D’un côté, l’euro a protégé la zone euro, particulièrement les exportations allemandes, des attaques spéculatives et du chaos de la volatilité des monnaies. Par ailleurs, la seconde phase de la crise a impitoyablement exposé le talon d’Achille de l’euro : l’absence d’unification économique et financière à l’intérieur de la zone euro. Il en résulte d’inévitables tensions grandissantes à l’intérieur de l’UE.

L’attitude de l’Allemagne pendant la crise a tout simplement été contradictoire. Plutôt que d’aller dans le sens d’une union économique, elle est revenue à une politique favorisant les solutions nationales. Mais cette position est difficile à réconcilier avec l’incapacité de l’Allemagne à remettre en question l’euro ou les traités et les structures européennes.

La position contradictoire du gouvernement de la Chancelière Angela Merkel a été exacerbée par la transition entre la large coalition qui prévalait durant son premier mandat à l’actuelle coalition entre conservateurs et libéraux. A ce moment là, la faiblesse politique intérieure auto-infligée s’est heurtée aux contraintes budgétaires du sauvetage de l’euro.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sUjubct/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.