La politique étrangère américaine après les élections de mi-mandat.

NEW YORK – Lors des récentes élections de mi-mandat, peu d’Américains ont déterminé leur vote en fonction de la politique étrangère. Même si cela paraît difficilement compréhensible pour le reste du monde compte tenu de l’envergure globale des Etats-Unis, cela n’en reste pas moins un fait indéniable.

La plupart des Américains n’en sont pas moins préoccupés par la croissance apathique de l’économie américaine et par la persistance d’un chômage élevé. Les défis auxquels le monde est confronté semblent bien loin de leur vie quotidienne. La guerre froide a pris fin il y a une génération ; les attaques terroristes du 11 septembre 2001 sont déjà loin. La plupart des Américains ne perçoivent rien des sacrifices associés à la présence d’importantes troupes et aux conflits actuels en Afghanistan et en Irak.

Mais le fait que la politique étrangère n’ait pas matériellement eu d’influence sur les élections de novembre ne veut pas dire qu’elle n’en sera pas affectée par les résultats. Ce sera le cas, mais d’une manière inégale, et même étonnante.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/OJvz6mq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.