galbraith17_Jeremy HoganSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_US2020vote Jeremy Hogan/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

L'avenir démocratique de l'Amérique

AUSTIN (TEXAS) – La date anniversaire de l’émeute du 6 janvier est passée ; tentons donc de prendre du recul.

Les élections présidentielles de 2020 aux États-Unis ont été marquées par une grande anomalie : Joe Biden a remporté par sept millions de bulletins le vote populaire national, et il ne s’en serait fallu que de 43 000 voix (dans trois États aux résultats serrés) pour qu’il perde le collège électoral, et par conséquent l’élection. Dans le seul État de Californie, Biden a obtenu cinq millions de votes en plus de ceux qui lui étaient nécessaires, et dans l’État de New York, deux autres millions.

Au XXIe siècle, seul Barack Obama a jusqu’à présent largement remporté tant le vote populaire que le collège électoral. En 2000 et en 2016, le candidat et la candidate ayant rassemblé le plus de suffrages au niveau national ont l’un et l’autre perdu l’élection. En 2004, le résultat n’a dépendu que d’un seul État, l’Ohio. Cette anomalie est non seulement persistante mais constitutionnelle, ce qui empêche pratiquement qu’on la résolve.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/TXeXDMtfr