A woman uses an ATM machine at the Kenya Commercial Bank SIMON MAINA/AFP/Getty Images

L’arrivée de l’Afrique

NEW YORK – La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier son rapport Perspectives économiques de l'Afrique pour 2018. La version remaniée publiée cette année – plus courte que d’habitude, présentant une bonne structure analytique et écrite dans une prose lucide et sans hyperbole – fait écho, à certains égards, à la propre transformation de l’Afrique. En effet, le rapport suscite l'espoir que nous puissions enfin assister à l’arrivée économique du continent, promise depuis si longtemps.

En effet, l’essor de l'Afrique a mis longtemps à venir. Dans les années 1960 déjà, les espoirs étaient élevés. Certains dirigeants remarquables de la génération de l’indépendance – comme Kwame Nkrumah au Ghana et Jomo Kenyatta au Keyna – étaient conseillés par les meilleurs économistes du monde. Le lauréat du prix Nobel originaire des Caraïbes, Arthur Lewis, est devenu le conseiller économique en chef de Nkrumah.

En Inde, on pouvait lire de nombreux articles au sujet de l'amitié entre ces dirigeants et notre propre premier ministre post indépendance, Jawaharlal Nehru, et de l'espoir d'une aube nouvelle pour toutes les économies émergentes. Et, en effet, de nombreuses économies émergentes ont bel et bien décollé. Dans les années 1960, plusieurs économies d'Asie de l'Est ont fait un bond en avant. À partir du début des années 1980, la Chine a commencé son ascension qui a duré plusieurs décennies. Enfin, depuis le début des années 1990, l'économie de l'Inde a également commencé à se développer avec vigueur, avec des taux annuels atteignant les alentours de 9% à partir 2005.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/7lHxxiZfr