Peu d’espoir pour l’Afghanistan sans une meilleure gouvernance

NEW YORK – Les Etats-Unis et leurs alliées afghans et de l’Otan ont enregistré des progrès indéniables en Afghanistan cette année. La campagne Marja en cours, l’arrestation du mollah Abdul Ghani Baradar et de deux gouverneurs «  de l’ombre » des Talibans au Pakistan, et les récentes attaques par drones visant des dirigeants du réseau Haqqani lié à al Quaïda sont autant de pas dans la bonne direction.

Mais quels que soient les autres progrès futurs, les Etats-Unis et leurs alliés ne pourront réussir en Afghanistan que si le gouvernement afghan se montre à la hauteur – ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. À moins d’une évolution positive, tous les efforts ultérieurs seront vains et le niveau actuel d’engagement international en Afghanistan deviendra inacceptable.

Le président américain Barack Obama a défini ainsi les objectifs des Etats-Unis en Afghanistan : empêcher que ce pays soit un refuge sûr pour al Quaïda, briser l’élan des talibans et aider les forces de sécurité et le gouvernement du pays à « assumer la responsabilité de l’avenir de l’Afghanistan ». À cette fin, Obama a lancé une nouvelle offensive militaire de 18 mois, appuyée par d’autres pays membres de l’Otan, et qui sera suivie par le début du retrait des troupes de la coalition.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/NID2rgI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.