Les Keynésiens perdus d’Europe

CAMBRIDGE – Il n'existe pas de remède keynésien magique aux malheurs de la zone euro. Pour autant, l'argument actuel qui explique de manière spectaculairement confuse que trop d'austérité tue l'Europe n'est pas surprenant. Les commentateurs sont envahis par la politique, qui s’en prend à n'importe quelle cible disponible, tandis que les masses « anti-austérité » semblent croire qu'il existe des solutions conjoncturelles simples à des problèmes structurels difficiles.

Les difficultés de la zone euro, comme je l’explique depuis longtemps, découlent de l'intégration financière et monétaire européenne qui a largement dépassé la réelle union politique, fiscale et bancaire. Ceci n'est pas un problème avec lequel Keynes était familier, et encore moins auquel il cherchait à apporter un réponse.

Avant toute autre chose, n’importe quelle stratégie réaliste pour faire face à la crise la zone euro doit impliquer des réductions (effacements) massives de la dette des pays périphériques. La dette massive des banques et gouvernements de ces pays – la distinction entre les deux secteurs est devenue floue partout en Europe – rend utopique d’espérer une croissance rapide et soutenue.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/R4Rtrga/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.