0

Un plan Marshall pour le monde arabe !

ROME – Le grand discours d'Obama sur les conséquences du Printemps arabe est un défi pour l'Europe. Pour que l'Occident contribue à la réalisation des espoirs soulevés par les révoltes dans le monde arabe, il est indispensable que le partenariat transatlantique soit aussi efficace qu'il le fut au moment de la Guerre froide ou de la chute du mur de Berlin.

La crise au sud de l'Europe résulte d'une lame de fond qui va avoir des conséquences à très long terme non seulement dans la région, mais aussi en Europe et dans le reste du monde. La Méditerranée est une région clé pour la paix, la stabilité et la croissance économique en Europe. Ses voisins méditerranéens la considèrent comme un partenaire naturel. Les événements qui secouent le monde arabe, notamment le processus de paix israélo-palestinien, ont un impact très large, ce qui exige l'implication forte des grands acteurs mondiaux - à commencer par les USA.

La situation, pas seulement en Libye, mais aussi en Tunisie, en Egypte, au Yémen et à Bahreïn, reflète la complexité politique de ces pays. Les révoltes ont des causes diverses ; on peut citer notamment la hausse des prix des produits alimentaires, la corruption généralisée couplées avec la demande de démocratisation, l'exigence de réduction des inégalités économiques et sociales et d'une  baisse du chômage.

La réaction européenne au Printemps arabe doit traduire la volonté d'une transition rapide et dans le calme. Les propositions relatives à une sorte de "partenariat pour la transformation" basé sur des réformes politiques et le respect des droits humains et des libertés fondamentales doivent tenir compte de la volatilité de la situation et des tensions politiques qui vont sûrement persister au cours des prochains mois.